PORTFOLIO

EXPOSITIONS

À PROPOS

PLUME & POILS

PRESSE

BLOG

BLOG

WORK IN PROGRESS

Mort en scène

Toutes les étapes de la réalisation de la sixième toile de la série Animal social vous attendent ici.

Mise à mort, mise en scène, mort en scène. Cette toile propose un regard particulier sur cette pratique qui ne manque pas de qualificatifs tellement elle suscite des émotions chez les pro- et les anti-. S’interroger sur cette pratique, c’est s’interroger sur notre rapport aux animaux, et lorsqu’on l’érige au statut d’art, sur ce qu’est l’Art.

Lire la suite
• EVELYNE LAIR / 12 JUIN 2019

WORK IN PROGRESS

La paille dans l’œil du voisin

Voici en quelques étapes la réalisation de la cinquième toile de la série Animal social, à raison d’environ quatre heures par semaine pendant un mois.

Construction, couleurs, lumière…

Lire la suite
• EVELYNE LAIR / 17 MAI 2019

Inspiration

Gabriëlle Picabia, Une femme de l’art

Il est de ces moments charnières dans la vie que rien ne conforte plus qu’une convergence d’événements, rencontres et lecture si appropriés qu’on ne peut faire autrement que de s’engager dans la voie tracée ainsi en pointillée, répondre à cette force intérieure qui ne nous laisse guère de choix.

Lire la suite
• EVELYNE LAIR / 28 AVR 2019

> Voir tous les articles

ZOOM SUR…

 

Citation du mois

“Un tableau ne vit que par celui qui le regarde.“
Pablo Picasso

NEWSLETTER

Pour être informé des dates de mes prochaines expositions, suivre mes nouvelles créations, connaître les thèmes des futurs ateliers…
Abonnez-vous à la newsletter :

Vos données resteront privées. Lire notre politique de confidentialité.

Suivez-moi

Dernière création

détail de La mort en scène - Evelyne Lair

Courir.

Ça m’a pris là, il y avait cette grande étendue devant moi et j’ai senti une impulsion. Un désir fou. Et mon corps a suivi. J’ai enchaîné les pas, les uns après les autres, de plus en plus vite d’abord puis plus régulièrement, tandis que me gagnait lentement une assurance profonde.
Je respirais, je soufflais. Surtout, je ressentais. L’effort que je livrais ne me laissait pas d’autre échappatoire que de lâcher en partie l’emprise qu’exerçait mon cerveau sur ma perception et laisser mes sens prendre le pas sur ma réflexion. Lentement, mon corps se balançait.
Ainsi, je trouvais mon rythme.

Frédéric Rufié

Extrait de Plaines

Contactez-moi

Pour toute demande d’informations, de ressources, d’un tarif de toile, de disponibilité pour une rencontre, une visite d’atelier ou un cours, m’inviter à déjeuner, n’hésitez pas à m’écrire, je vous répondrai rapidement.

RGPD